INTRODUCTION

Les reflexions les plus répandues (parmi tant d’autres…) :

  • L’église, une grande famille ! On se fait confiance
  • Pourquoi se « prendre la tête » ?! On le fait pour Dieu ? Il nous gardera !  On est pas des pros ! On travaille pour le Seigneur de tout notre coeur !

1 Pierre 2.13 :

Soyez soumis à cause du Seigneur, à toute autorité établie parmi les hommes, soit au roi comme souverain, soit aux gouverneurs comme envoyés par lui pour punir les malfaiteurs et pour approuver les gens de bien.

  • La famille, une notion hyper-légiféré dans notre société alors si l’église en est une, elle n’échappe pas à la règle !
  • Dieu est fidèle car il ne peut se renier lui-même : fidèle à sa parole qui nous commande de nous soumettre aux lois pour le témoignage et notre protection.
  • La plupart des associations culturelle sont constituées de bénévoles mais qui dit volontariat demande engagement et formation. Le bénévolat implique un don de soi en terme de rémunération mais également en matière de compétences. Le coeur ne suffit pas, je peux aller sincèrement prendre la place du pianiste sur l’estrade mais ma bonne volonté ne parviendra pas bénir la louange, je serai un danger musical pour tout le groupe et l’assemblée !

LA NOTION DE RESPONSABILITÉ OU COMMENT ÉVITER D’ÊTRE PRIT POUR UN MALFAITEUR !

Rappel essentiel : Le groupe d’ados ou de jeune de l’église est rattaché à l’association culturelle de l’église.

 Comment être dans les clous ?!

1)    La vie de votre groupe dépend de ce cadre et doit être protégée par une assurance.

Avant de sortir ou d’organiser un camp : s’assurer qu’il y a bien une de souscrite. Chaque évènement notable doit lui être signifiée : Différentes pratiques en fonction du contrat souscrit.

Dans tous les cas, un coup de téléphone, même s’il est inutile est préférable qu’une défaillance etun refus de prise en charge à cause d’une négligence.

 

2)    Pour pouvoir organiser un accueil avec des mineurs (type court séjour, centre de loisir, espoir de rue…) l’association culturelle doit être déclarée auprès de la DRJSCS.

DRJSCS : Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports et de la Cohésion Sociale.

Être enregistré en préfecture n’implique pas que vous soyez connu des services sociaux en charge de contrôler l’encadrement des mineurs.

Pour se faire, et parce qu’il serait trop long de développer la méthode ici, il faut prendre contact avec la DRJSCS de votre région, service « Jeunesse et vie associative ». Ils vous diront rapidement si vous êtes connu de leurs services ou non, et la marche à suivre pour y remédier rapidement.

Info importante pour les leader de jeunesse : A partir de sept mineurs parmi vous, vous entrez dans l’obligation légale de déclaration de votre séjour dès la première nuit d’hébergement.

3)    Déclarer un séjour avec mineurs :

Dès qu’il y a hébergement et mineurs il faut déclarer le séjour auprès des services de la DRJSCS.

Parce qu’il serait trop long de développer ici toute la marcha à suivre voici un lien vers un pdf rédigé par la DRJSCS qui explique parfaitement la marche à suivre, le cadre d’intervention, les lois en vigueurs… : http://www.picardie.drjscs.gouv.fr/IMG/pdf/BROCHURE_SOMME.pdf

4)    L’autorisation parentale et le droit à l’image :

L’autorisation parentale est obligatoire pour tous les enfants mineurs et nécessaire à chaque évènement organisé à l’extérieur de l’association (local).

Ressource : google avec les mots clés «autorisation parentale association culturelle».

Pour ce qui est du droit à l’image, il n’est pas nécessaire de faire une demande à chaque occasion, seul un formulaire complété et signé par les parents en début d’année au moment de la reprise de l’activité du groupe suffit.

Elle n’en est néanmoins pas obligatoire. Ressources : cf autorisation parentale.

Qui a les infos ?!

C’est parfois le parcours du combattant pour avoir les informations qui se trouvent diluées avec les années et les départ/arrivées des chrétiens dans nos assemblées.

L’association culturelle est :

  • déclarée en préfecture : Interlocuteur privilégié pour faire un point sur l’état de reconnaissance de votre association.
  • Représentée par un bureau : Un président, un secrétaire, un trésorier… ils doivent être en mesure de vous répondre et de vous orienter vers les bons interlocuteurs le cas échéant.
  • DRJSCS : Pour tout ce qui tourne autour des mineurs et de leur encadrement.